Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Théophile Gautier, Edgar Allan Poe, Nicolae Davidescu, Richard Lesclide et André Gill, Contes de la mille et deuxième nuit

textes réunis et en partie traduits par Évanghélia Stead, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Nomina », 2011
Jean-François Perrin
p. 297-299
Référence(s) :

Théophile Gautier, Edgar Allan Poe, Nicolae Davidescu, Richard Lesclide et André Gill, Contes de la mille et deuxième nuit, textes réunis et en partie traduits par Évanghélia Stead, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Nomina », 2011, 264 p.

Texte intégral

1Cette anthologie reprend une publication réalisée en Grèce en 2006 (Athènes, Éditions Agra), sous un titre légèrement différent : La Mille et deuxième nuit : Théophile Gautier, Edgar Allan Poe, Nicolae Davidescu. S’y ajoute cette fois la reproduction, en appendice, d’une traduction du conte de Poe au xixe siècle par Richard Lesclide (alias Le Grand Jacques), illustrée par André Gill.

2Le concept de l’ouvrage est de donner à lire ensemble trois nouvelles du xixe siècle ayant pour thème la « mille et deuxième nuit ». Celles de Gautier (censée, à tort, inaugurer le genre) et de Poe sont bien connues ; pour la seconde, l’anthologie reprend la traduction de la collection « Bouquins » (Robert Laffont). La nouvelle de Davidescu (1937), traduite du roumain par É. Stead, est en revanche quasi inconnue et mérite d’être découverte. Au regard, la reproduction de la traduction de R. Lesclide joliment illustrée par A. Gill a un mérite un peu kitsch. Pour Davidescu comme pour Poe, le texte original est donné en regard de la traduction.

3Une postface d’une quinzaine de pages présente une étude des enjeux littéraires des trois œuvres qui interrogent, chacune à leur façon : le rapport de l’Occident à la matière orientale transmise par Galland au xviiie siècle, le statut ambigu de la fiction et de son auteur à l’époque de la grande presse et du feuilleton (le public n’est-il pas le nouveau Schariar ?), le rapport entre critique et fiction, particulièrement dans la nouvelle de Davidescu.

4Chaque nouvelle est assortie d’une notice plutôt bien faite, éclairant le contexte littéraire et proposant des pistes de lecture.

  • 1 Je renvoie à mon compte rendu dans Féeries, no 8, Grenoble, Ellug, 2011, p. 217-222.

5L’ensemble est précédé d’une préface assez rapide qui rappelle le récit-cadre des Mille et Une Nuits, introduit Scheherazade et présente la relation entre le récit et le risque de la mort dans une perspective inspirée du bel ouvrage d’Abdelfattah Kilito, L’œil et l’aiguille, qui a été récemment réédité chez Sindbad1. On attendait largement mieux, sur le fond, pour une préface censée présenter l’enjeu des « Mille et deuxième », même si la postface livre quelques éléments de réflexion plus substantiels.

  • 2 Je me permets de renvoyer à mon édition des Contes d’Hamilton, dans Hamilton et autres conteurs, Pa (...)

6Cependant, on déplore la méconnaissance de l’amont de cette tradition littéraire de la variation sur la clôture des Mille et Une Nuits. La note 12 à la nouvelle de Gautier rappelle bien que Les Quatre Facardins est un récit d’Antoine Hamilton (1730) mais méconnaît que celui-ci a écrit un conte : Histoire de Fleur d’Épine, sous-titré « La dernière nuit » où Dinarzade reprend la narration in extremis… Gautier connaissait nécessairement cette histoire puisque les Œuvres d’Hamilton sont rééditées chez Renouard en 1812 ; en outre, « Le Grand Jacques », traducteur du conte de Poe donné en appendice, a imaginé une fin au conte des Facardins (1868, Didot) ; il n’était pas le premier (à cette époque) à l’avoir tenté2. Pour être sérieux, l’appareil préfaciel aurait dû intégrer, en outre, le travail de reprise parodique de la matière et des procédés des Nuits qui s’est développé au xviiie siècle, à la suite d’Hamilton et de Crébillon, et qu’un Gautier et un Nerval connaissaient comme leur poche. Le Sultan de Poe n’est pas le premier à croire aux histoires pour les avoir déjà lues ou entendues : après Don Quichotte, le sultan du Sopha (Crébillon) est exactement dans ce cas. La perspective est ainsi faussée alors qu’il suffisait de se mettre au courant : les œuvres de Crébillon sont en effet disponibles chez Garnier Flammarion, et leur édition savante récente ainsi que celle des contes d’Hamilton sont publiées chez Champion (« Bibliothèque des Génies et des Fées », 2008 et 2010).

7Que conclure ? On peut se demander s’il est réellement utile de rééditer des nouvelles de Gautier et de Poe aujourd’hui accessibles dans d’excellentes éditions de poche bien annotées ou en éditions critiques ; à cet égard É. Stead n’apporte qu’assez peu, quoique, bien sûr, les illustrations drolatiques d’A. Gill et la notice le concernant valent un détour curieux.

8Heureusement tout de même, Davidescu et sa nouvelle constitueront une précieuse découverte pour les lecteurs de cette anthologie : l’écrivain roumain (1886-1954), dont la redécouverte est toute récente, est essayiste (lié au symbolisme), romancier et poète ; une vie assez malheureuse, une position « nationaliste » politiquement suicidaire en 1947, l’incarcération en 1949 jusqu’à la mort ont failli effacer son œuvre. Dans sa très originale Mille et deuxième nuit, Dinarzade partage le rôle de la conteuse, endossant en outre ici une figure d’analyste réfléchissant sur les lois générales de la création à partir d’une comparaison (joueuse et paradoxale) de la structure du Corbeau de Poe et de deux histoires des Nuits relatives à l’amour impossible.

9Ce qui sauve l’ensemble.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie à mon compte rendu dans Féeries, no 8, Grenoble, Ellug, 2011, p. 217-222.

2 Je me permets de renvoyer à mon édition des Contes d’Hamilton, dans Hamilton et autres conteurs, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque des Génies et des Fées » no 16, 2008, p. 670.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Perrin, « Théophile Gautier, Edgar Allan Poe, Nicolae Davidescu, Richard Lesclide et André Gill, Contes de la mille et deuxième nuit », Féeries, 9 | 2012, 297-299.

Référence électronique

Jean-François Perrin, « Théophile Gautier, Edgar Allan Poe, Nicolae Davidescu, Richard Lesclide et André Gill, Contes de la mille et deuxième nuit », Féeries [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://feeries.revues.org/843

Haut de page

Auteur

Jean-François Perrin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Féeries

Haut de page
  • Revues.org