Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Présentation

Créée en 2003 par l'UMR LIRE (Littérature, idéologie, représentations), Féeries se consacre au conte merveilleux de langue française, du XVIIe au XIXe siècle. Chaque numéro est consacré à un thème et présente un compte rendu de la littérature critique sur le genre. La ligne défendue par la revue est celle d'une approche résolument littéraire.

Dernier numéro en ligne
11 | 2014
L'illustration des contes

Sous la direction de Anne Defrance

Le numéro 11 de Féeries (2014) rassemble onze articles de spécialistes internationaux du conte de merveilleux et de l’illustration, qui se sont penchés sur un sujet d’étude en pleine expansion : « L’illustration des contes », de leurs premières éditions à leurs rééditions françaises et européennes jusqu’au XIXe siècle.

L’article introductif d’Anne Defrance, coordinatrice du numéro, propose une analyse générale du phénomène et un tour d’horizon des études critiques accompagné d’une abondante bibliographie. Françoise Gevrey montre ensuite comment un frontispice renseigne sur la réception des contes de fées à partir d’un cas particulier, celui d’un frontispice tardivement ajouté par un collectionneur à un exemplaire du Cabinet des fées. Plusieurs articles sont consacrés aux contes de Perrault, auteur pionnier dont l’œuvre fut la plus rééditée en France et à l’étranger. Ainsi, Ute Heidmann propose une lecture iconotextuelle de ses recueils manuscrit (1695) et imprimé (1697), Catherine Velay-Vallantin étudie « les images contées des colporteurs », François Fièvre s’intéresse aux illustrations par Walter Crane de « Barbe bleue » et Daphne M. Hoogenboezem à trois versions du « Petit Chaperon rouge » (1781-1911) dans les planches populaires néerlandaises. Valentine Damay-Vissuzaine analyse la représentation du corps dans diverses illustrations des contes de la fin du siècle : « Gracieuse et Percinet » et « L’Oiseau bleu » (Mme d’Aulnoy), « Plus Belle que Fée » (Mlle de La Force) ; enfin Swann Paradis se penche sur quelques fiancés-animaux imaginés par la première conteuse et dessinés un siècle plus tard par Marillier pour le Cabinet des fées (« Serpentin Vert », « Le Prince Marcassin »). Caroline Vernisse analyse les illustrations des contes de Crébillon fils, et Linda Gil s’intéresse spécifiquement à celles de Moreau le Jeune pour les Contes et satires de Voltaire. C’est sur une étude transversale que s’achève ce dossier thématique : Aurélia Gaillard analyse quelques-uns des traits saillants de l’illustration des contes des XVIIe et XVIIIe siècles : la violence et la véhémence.

Signalons enfin que plusieurs des comptes rendus critiques d’ouvrages proposés également dans ce numéro sont en relation directe avec la thématique de l’illustration des contes.

  • Revues.org