Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Ruth B. Bottigheimer (éd.), Fairy Tales Framed, Early Forewords, Afterwords, and Critical Words

Suny Press, Albany (États-Unis), 2012
Jean-François Perrin
p. 299-303
Référence(s) :

Ruth B. Bottigheimer (éd.), Fairy Tales Framed, Early Forewords, Afterwords, and Critical Words, Suny Press, Albany (États-Unis), 2012, 254 p.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier son Fairy Godfather: Straparola, Venice and the Fairy Tale Tradition, Philadelp (...)

1Les lecteurs de Féeries savent que Ruth B. Bottigheimer défend de façon tranchée une thèse « littérariste » sur l’origine et la propagation européenne du conte de fées, en considérant que la thèse de sa diffusion orale est un mythe dont elle traque avec détermination la progressive construction par les lettrés eux-mêmes, plus ou moins à leur insu1.

2Ce nouvel ouvrage qu’elle a conçu avec cinq autres chercheuses — Suzanne Magnanini, Nancy Canepa, Betsey Harries, Christine Jones et Sophie Reynard — est centré sur l’étude des questions d’encadrement et de paratextualité. L’enjeu général étant d’analyser comment les dispositifs conversationnels que figurent toujours les récits-cadres issus de Boccace instituent une topique littéraire de la fiction d’oralité, et comment les préfaces et autres dédicaces de l’auteur ou des éditeurs situent le conte merveilleux dans le champ littéraire où il entre en concurrence avec d’autres genres, depuis Boccace dans le domaine italien et depuis Mme d’Aulnoy et Perrault dans le domaine français.

3Après une Introduction de R. B. Bottigheimer, le volume se divise en deux grandes parties : « Le conte de fées en Italie : premiers auteurs, théoriciens et critiques » ; « Le conte de fées en France : établir le canon ». Chacune de ces parties comporte une présentation de la matière dans chaque pays, suivie d’une série de paratextes critiques ou narratifs. Chacun de ces textes (traduits en anglais) bénéficie d’une précise introduction permettant de situer son contexte et ses enjeux.

4La partie la plus neuve pour le lecteur français est celle qui est consacrée au conte de fées littéraire en Italie. Elle est principalement réalisée par S. Magnanini qui en fait véritablement découvrir l’histoire.

  • 2 S. Magnanini, « Postulated Routes from Naples to Paris: Antonio Bulifon and the Italian Literary Fa (...)
  • 3 Pour plus d’informations, je prie qu’on se reporte à mon compte rendu, dans la présente livraison, (...)

5En termes de corpus d’abord. Nous savions bien que Les Nuits facétieuses de Straparola comportaient, outre des imitations du Décaméron, une série de contes merveilleux, et que Le Conte des contes de Basile avait pu circuler, au moins partiellement, jusque sous la plume de Perrault et de ses consœurs en féerie. S. Magnanini avait d’ailleurs montré en 2007, dans un article publié par Marvels & Tales, le rôle joué à cet égard par le libraire napolitain Antonio Bulifon2. Or il faut ajouter à ces pères fondateurs les noms de trois émules : Lorenzo Selva qui inclut trois contes de fées dans son roman Les Métamorphoses ou la transformation d’un homme vertueux (1582)3, Lorenzo Lippi qui inclut trois contes de Basile dans son épopée burlesque Malmantile reconquis (1676), Pompeo Sarnelli qui publie en 1684 cinq contes en dialecte napolitain, Il Posilecheata. Comme chez Basile, ces contes sont écrits en dialecte.

  • 4 Lorenzo Selva est le pseudonyme littéraire d’un frère prêcheur franciscain impliqué dans la réforme (...)

6Si l’on voulait résumer l’enjeu de la démonstration conduite ici, c’est que jamais, en Italie, la question du conte merveilleux ne fut posée indépendamment d’une réflexion lettrée sur l’esthétique des genres littéraires. Après avoir rappelé le rôle central joué en arrière-plan par le Décaméron et son récit-cadre comme modèle topique pour tout ce qui suivra, dans la nouvelle jusqu’à Bandello aussi bien que dans le conte merveilleux italien, S. Magnanini insiste sur le rôle qu’a joué, sur le plan de l’esthétique des genres littéraires, la Généalogie des dieux païens (1335) de Boccace qui resta longtemps l’ouvrage de référence en Europe pour ce qui concerne la mythologie antique. Le chapitre xiv, 9 de l’ouvrage, « Qu’écrire une fiction est plus utile que nuisible » (ici traduit et présenté par R. B. Bottigheimer), pose en effet que les récits dénués de vraisemblance comme les contes merveilleux ne présentent d’intérêt que pour un public inculte ou enfantin et ne sont pas dignes de la plume d’un lettré. En revanche, le merveilleux des favole des maîtres classiques comme celui répandu dans la poésie épique n’a pas ce statut déplorable chez les lettrés, car il est a priori susceptible d’une interprétation allégorique ; or si cette allégorisation sera, chez Perrault, dans la préface de Grisélidis nouvelle, Avec le Conte de Peau d’Ane, et celui des Souhaits ridicules (4e éd., 1695) et dans les moralités des Histoires ou contes du temps passé, un des éléments de sa stratégie pour crédibiliser le genre dans le champ littéraire, elle l’est déjà, en registre chrétien, dans les trois contes insérés par L. Selva dans son roman de 15824, et encore dans l’édition du Conte des contes en 1679 par Bartolomeo Lupardi, dont la Lettre-dédicace renvoie à l’image classique du verre de médecine amère qu’un peu de sucre rend supportable aux enfants, pour affirmer que les contes de Basile ont une portée didactique voilée. Pour autant, les défenseurs du genre ne firent pas recette au pays du Tasse et de L’Arioste et son image reste identifiée au public des illettrés. Les spécialistes du xviiie siècle qui se procureront cette anthologie découvriront d’ailleurs le mal que pensait l’abbé Galliani du recueil de Basile dont le baroquisme le dégoûte autant que l’état de dégénérescence du dialecte napolitain dont il témoigne, par comparaison à ce que fut son âge d’or littéraire au xiiie siècle.

7Les textes du xviiie siècle italien procurés par cette anthologie montrent en effet que le débat sur ce genre est aussi déterminé par l’appréciation esthétique de l’intérêt littéraire de l’usage des dialectes. Basile écrit en napolitain, et son recueil est traduit en bolognais en 1742, sous le titre La chiaqlira dla banzola (Les Potins du banc) — les éditrices présentant le recueil comme écrit par des femmes pour désennuyer les femmes, avec une gravure en page de titre liant clairement le genre à la sphère domestique. Ainsi se transmet, en Italie autant qu’en France et sans doute dans l’Europe entière, l’inusable légende du conte de bonne femme alias « conte populaire ». Il reste que lorsque Carlo Gozzi remit en selle la commedia dell’arte avec l’extraordinaire succès de L’amore delle tre melarence (L’amour des trois oranges) en 1761, son frère Gasparo s’empressa de défendre la portée allégorique de cette favola.

8Les textes du débat français cités dans la première partie de cette anthologie sont bien connus des spécialistes : paratextes de Perrault ; ceux de Mlle L’Héritier dans ses Œuvres mêlées ; les deux contes insérés par Catherine Bernard dans Inès de Cordoue, deux extraits du Mercure Galant concernant Perrault et un extrait de l’Histoire de la marquise/marquis de Banneville (Choisy) ; la dédicace à Madame et le Conte de Saint-Cloud de Mme d’Aulnoy, ainsi que les abrégés de ses romans-cadres ; une petite notice de Mlle de La Force à son Conte des contes ; la dédicace aux « Fées modernes » et la notice de 1699 de Mme de Murat ; la Conversation sur les contes de fées de l’abbé de Villiers ; la dédicace et les avertissements de Galland.

  • 5 Voir en particulier la présentation par J. Boch des grands textes du débat français sur le conte à (...)

9L’introduction de R. B. Bottigheimer développe une fine et méthodique réflexion portant sur la terminologie générique flottante qui caractérise en France l’émergence de cet intrus dans le paysage générique. J’y ajouterai qu’au xviiie siècle, le corpus des contes de fées et des contes orientaux finit par se ranger dans la rubrique « Conte de fées et autres contes merveilleux », à l’article xi de la Bibliothèque des romans (1734) de Lenglet-Dufresnoy. Les notices (principalement de R. B. Bottigheimer) présentent surtout les éléments contextuels nécessaires à l’intelligence des textes présentés. Si ceux-ci sont désormais bien accessibles et très étudiés de notre côté de l’Atlantique grâce, notamment, à la monumentale anthologie critique de la « Bibliothèque des Génies et des Fées » chez Champion5, cet ouvrage va permettre au chercheur anglophone d’accéder désormais plus aisément que par le passé à ce corpus paratextuel du conte merveilleux en Italie et en France, et par là aux enjeux esthétiques et idéologiques contrastés dont il est chargé.

  • 6 La portée à cet égard de la lettre en vers à M.L.C.D.F., qui ouvre Les Quatre Facardins, n’avait pa (...)

10Une seule réserve : on regrettera que l’œuvre d’Hamilton (publiée en 1730-1731 mais composée entre 1700 et 1717 et dévorée en manuscrits par les contemporains) ne soit pas même mentionnée, alors qu’elle est totalement concernée — et de façon extrêmement originale (le récit-cadre de Galland s’y trouve par exemple génialement déconstruit) — par l’utile réflexion que cette anthologie tente de développer autour de l’encadrement narratif et des problèmes esthétiques qui s’y trouvent liés6.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier son Fairy Godfather: Straparola, Venice and the Fairy Tale Tradition, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2002. On peut lire son article « Les contes médiévaux et les contes de fées modernes », dans Féeries, no 7, Grenoble, Ellug, 2010, p. 21-44 (désormais en ligne).

2 S. Magnanini, « Postulated Routes from Naples to Paris: Antonio Bulifon and the Italian Literary Fairy Tale in France », Marvels and Tales, vol. 21, no 2, 2007, p. 78-92.

3 Pour plus d’informations, je prie qu’on se reporte à mon compte rendu, dans la présente livraison, de la traduction de ces contes par S. Magnanini dans Marvels & Tales, vol. 23, no 2, 2011, p. 331-370.

4 Lorenzo Selva est le pseudonyme littéraire d’un frère prêcheur franciscain impliqué dans la réforme catholique issue du concile de Trente, proche de Grégoire xiii et auteur de divers commentaires sur la Bible. La trame de son roman transpose en mode chrétien celle de L’Âne d’or (déjà utilisé par Boccace dans le Décaméron et très présent dans la culture italienne de la Renaissance, que ce soit par la traduction de Boiardo ou la diffusion autonome de la fable de Psyché, y compris sur le plan iconographique) : dans ses Métamorphoses, un jeune homme transformé en serpent à la suite d’un sort parcourt les campagnes à la recherche de sa bien-aimée dont une goutte de sang lui rendra forme humaine ; encore faudra-t-il, pour qu’elle l’épouse, qu’il reconnaisse les péchés qui ont causé sa métamorphose et place l’amour céleste au-dessus de l’amour terrestre. Plusieurs fois réédité en Italie, ce roman a été traduit en français en 1611 par J. Baudoin. Ces données sont tirées de la remarquable introduction de S. Magnanini à la traduction anglaise qu’elle donne de ces trois contes dans son étude : « Between Straparola and Basile. Three Fairy Tales from Lorenzo Selva’s Della métamorfosi (1582) », Marvels and Tales, vol. 25, no 2, 2011, p. 311-369. Je renvoie à mon compte rendu dans ce numéro.

5 Voir en particulier la présentation par J. Boch des grands textes du débat français sur le conte à la fin du xviie siècle, dans L’Âge d’or du conte des fées, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque des Génies et des Fées » no 5, 2007, p. 327-352.

6 La portée à cet égard de la lettre en vers à M.L.C.D.F., qui ouvre Les Quatre Facardins, n’avait pas échappé à l’attention de l’éditeur du Cabinet des fées qui la cite intégralement. Voir mon édition de ce conte dans Hamilton et autres conteurs, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque des Génies et des Fées » no 16, 2008, p. 537-542.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Perrin, « Ruth B. Bottigheimer (éd.), Fairy Tales Framed, Early Forewords, Afterwords, and Critical Words », Féeries, 9 | 2012, 299-303.

Référence électronique

Jean-François Perrin, « Ruth B. Bottigheimer (éd.), Fairy Tales Framed, Early Forewords, Afterwords, and Critical Words », Féeries [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://feeries.revues.org/848

Haut de page

Auteur

Jean-François Perrin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Féeries

Haut de page
  • Revues.org