Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Mmede Murat, Contes, édition critique établie par Geneviève Patard, Paris, Honoré Champion, «Bibliothèque des Génies et des Fées 3», 2006, 478 p.

Jean Mainil
p. 154-156

Texte intégral

1On ne peut que se réjouir de la réédition des Contes de Henriette-Julie de Castelnau, plus connue sous son nom de femme mariée, la comtesse de Murat.

2Les légendes qui courent sur la contemporaine de Perrault et de Mme d’Aulnoy sont aussi nombreuses que les informations sûres et attestées à son sujet sont rares. Quand et où est-elle née? En 1668 ou en 1670? En Bretagne ou à Paris? La légende veut qu’elle ait été présentée à son futur mari dans un splendide costume breton, à la Cour et devant la Reine, ce qui lui avait valu une certaine célébrité. Mais voilà: la reine Marie-Thérèse d’Autriche (1638-1683) à qui la belle Bretonne avait été présentée en 1686, était alors morte depuis trois ans.

3Dans les plus folles légendes qui courent à son sujet, Mme de Murat rejoint son amie, autre conteuse, sur qui d’autres légendes courent aussi: trahison, empoisonnement, crime de lèse-majesté, fuite, exil et espionnage pour le compte de la Cour. Ce n’est sans doute pas un hasard si Henriette-Julie de Murat (1670?-1716) et sa contemporaine Marie-Catherine d’Aulnoy (1650-1705) fréquentaient le même monde, et ont toutes deux contribué à légitimer le même corpus littéraire: le conte de fées.

4Les deux conteuses défrayèrent régulièrement les chroniques mondaine et littéraire de leur temps. La comtesse de Murat, murmurait-on, aimait un peu trop les femmes. On l’aurait ainsi inquiétée pour ses «impiétés domestiques» et pour son «attachement monstrueux pour des personnes de son sexe». Elle n’aurait du reste pas hésité à manifester les plus évidents signes de sa tendresse pour une certaine Mme de Nantiat qui loge chez elle, «en présence même de quelques valets et de quelques prêteurs sur gage» (p. 13). On la retrouve encore dans une cave creusée dans une église, «au-dessous du lieu où une relique insigne, la ceinture de la Vierge, est conservée», vêtue «en homme, dans un accoutrement brun, avec chapeau et perruque, menaçante et une épée à la main. Saisie au bras, elle riposte par un coup d’épée manqué et mord au pouce celui qui la maîtrise» (p. 14).

5Les «Perspectives biographiques» de cette édition reprennent les éléments importants de la vie de notre turbulente conteuse, soulignant les nombreux points d’interrogation. Fut-elle exilée pour ses goûts trop prononcés pour les personnes de son sexe ou fut-elle éloignée par les ordres de Françoise d’Aubigné, alors marquise de Maintenon, pour avoir participé à la rédaction d’un libelle injurieux pour le Roi? Nul ne le sait. Ce qui est certain, c’est que Mme de Murat eut une vie mouvementée dont on ne connaîtra sans doute jamais le dernier mot, ce qui fait d’elle, au même titre que Mme d’Aulnoy, un personnage énigmatique et qui le restera sans doute.

6Dans une deuxième partie Geneviève Patard analyse l’œuvre de Mme de Murat dans son contexte historique et littéraire: le cercle de conteuses et de femmes de lettres composé notamment de Marie-Jeanne Lhéritier, Marie-Catherine d’Aulnoy et Anne-Thérèse de Lambert. Patard analyse aussi les liens textuels qui unissent ces auteurs: MlleLhéritier qui offre son «Adroite Princesse» à Mme de Murat, Murat qui à son tour fait de son Anguillette la descendante en droite ligne de la célèbre Princesse Carpillon, héroïne de Mme d’Aulnoy. Patard retrace ensuite les sources imprimées (Basile, Le Conte des contes) et orales dont s’inspire Mme de Murat. Elle analyse également les autres influences sur la conteuse: le registre pastoral, la veine précieuse, la mythologie et l’actualité scientifique.

7Dans une partie consacrée à «La manipulation du genre du conte», G. Patard analyse la complexité narrative des contes de Mme de Murat, qui est inséparable de la complexité de ses personnages. Ceux-ci ne sont «pas toujours répartis de façon conventionnelle, entre héros, opposants et auxiliaires» (p. 39). Comme sa biographie, certains contes de Mme de Murat «présentent un schéma plus ambigu» que «la majorité des contes» (p. 40). «Chaque conte», déclare G. Patard, «est finalement une nouvelle occasion pour Mme de Murat de parler d’amour, de fidélité ou de mariage» (p. 41). Ses réflexions sur l’amour sont «formulées comme des vérités générales, à la manière de La Rochefoucauld», parfois aussi, elles se rapprochent de «l’abondance baroque» (p. 41), ce qui contribue à rendre son œuvre à la fois complexe et originale.

8Après le corpus des contes annotés, des «Résumés» présentent de manière succincte les événements importants de chaque conte, les personnages principaux et leur fonction. Dans une partie finale consacrée aux «Notices», G. Patard fait une brève analyse des thèmes principaux de chaque conte, ses origines littéraires ou orales, et les emprunts faits à d’autres contes par Mme de Murat. Finalement, une bibliographie reprend les œuvres de Mme de Murat (une autre bibliographie en début de volume retrace la «Fortune des contes» à travers trois siècles), une liste d’anthologies de contes aux xviie et xviiisiècles, une bibliographie des études critiques sur Murat et enfin une liste d’études sur le conte.

9Cette édition a le grand mérite de rendre au public une œuvre originale du Grand Siècle dans une édition critique qui situe Mme de Murat dans son contexte historique et littéraire. Elle a également le mérite de souligner la complexité de l’œuvre d’une conteuse dont nous pouvons désormais découvrir, ou redécouvrir, l’œuvre féerique en un seul volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Mainil, « Mmede Murat, Contes, édition critique établie par Geneviève Patard, Paris, Honoré Champion, «Bibliothèque des Génies et des Fées 3», 2006, 478 p. », Féeries, 5 | 2008, 154-156.

Référence électronique

Jean Mainil, « Mmede Murat, Contes, édition critique établie par Geneviève Patard, Paris, Honoré Champion, «Bibliothèque des Génies et des Fées 3», 2006, 478 p. », Féeries [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://feeries.revues.org/687

Haut de page

Auteur

Jean Mainil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Féeries

Haut de page
  • Revues.org