Skip to navigation – Site map

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Jean-François Perrin, L’Orientale allégorie. Le conte oriental au xviiie siècle en France (1704-1774)

Paris, Honoré Champion, 2015, 310 p.
Raymonde Robert
p. 257-260
Bibliographical reference

Jean-François Perrin, L’Orientale allégorie. Le conte oriental au xviiie siècle en France (1704-1774), Paris, Honoré Champion, 2015, 310 p.

Full text

1L’essai de Jean-François Perrin constitue une étape importante dans le domaine de la recherche sur le conte merveilleux français. Le xviiie siècle est en effet un moment fondamental dans l’histoire du genre, car il voit naître des formes originales, contes de fées à la française ou conte oriental. Ces formes, trop longtemps réputées mineures, sauf quand elles étaient sauvées de ce statut inférieur par la caution du nom d’un « grand » auteur, bénéficient maintenant, depuis une vingtaine d’années, d’un changement complet de l’attitude des universitaires. J.-F. Perrin est un de ceux qui ont contribué à faire reconnaître la légitimité d’une approche large, documentée et sérieuse de ces textes d’auteurs « de second rayon », aussi bien que d’auteurs célèbres. Il a su mener de front, sans aucun a priori hiérarchique, des recherches sur Rousseau (dont il vient d’éditer les Dialogues et les textes périphériques dans la grande collection du tricentenaire [à paraître, volume 18, Garnier]) et l’organisation et l’animation d’une équipe de recherche sur « le conte merveilleux xviie - xviiie siècle ». De cette démarche sont issus trois colloques internationaux (1999, 2005, 2009) dont les actes sont tous parus rapidement et la création de la revue Féeries dont il fut le directeur jusqu’en 2010 ; à quoi s’est ajoutée la direction de l’édition des « contes d’Hamilton et d’autres conteurs » et surtout de l’œuvre volumineuse de Gueullette, dont il est devenu un des rares spécialistes et dont les contes occupent trois volumes de la Bibliothèque des Génies et des Fées (vol. 9 - I, II, III).

2L’essai qu’il propose vise à offrir au chercheur et au lecteur une synthèse de cet amas de textes de tous ordres qui foisonnèrent en France dans le sillage de la traduction des Mille et Une Nuits de Galland, et qui constituèrent un genre nouveau, « le conte oriental à l’occidentale ». Leur quantité et surtout leur hétérogénéité avaient, jusqu’à présent, découragé les plus téméraires. On ne peut que se féliciter que J.-F. Perrin ait entrepris cette synthèse. Dans une introduction remarquable, non seulement par son ampleur et sa précision, mais aussi par son caractère concret qui fait alterner réflexion théorique, citations opportunément choisies, repérage du trajet d’un motif, résumés de contes, il dégage d’un corpus qu’il circonscrit entre 1704 (Les Mille et Une Nuits) et 1774 (Voltaire, Le Taureau blanc) les grandes lignes d’une problématique du conte oriental et de son histoire, sous la forme de trois idées qui prennent en compte « la dialectique en cours dans l’esprit du temps, entre une fantasmatique archaïque, quoique vivace, des religions d’Orient et le cours nouveau du savoir humaniste » (p. 36). Ces trois axes sont : 1) Galland et sa lignée et leur œuvre de vulgarisation de ce que l’époque connaissait de l’Orient ; 2) l’Orient des Lumières comme réflecteur des grands débats européens et français de l’époque ; 3) ce réflecteur rendu « ultra-réactif » par la lignée satirico-libertine issue d’Hamilton.

3Le corps de l’essai se calque sur cette problématique développée en trois parties dont les titres annoncent parfaitement le contenu. La première, Genèses, est composée de trois chapitres qui prennent en compte l’évolution du genre. Le premier analyse le genre à partir de sa première manifestation, la traduction de Galland, puis son exploitation par ses imitateurs, de Pétis à Gueullette. Le deuxième, sa déconstruction avec la promotion de sa « version persifleuse-satirique » par la lignée d’Hamilton, de Crébillon à Cazotte. Le troisième s’intéresse plus précisément à Voltaire qui met le conte au service de la cause philosophique. La deuxième partie est intitulée Poétiques ; elle est constituée de quatre études stylistiques : la déconstruction ironique dans les prologues et les cadres chez Hamilton, le montage-hybridation dans les Contes chinois de Gueullette, la sophistication du jeu de la contrainte dans Tanzaï et Néadarné de Crébillon, la mise en œuvre d’une gageure dans La Reine Fantasque de Rousseau. La troisième partie, Problématiques, est constituée de quatre chapitres qui regroupent les textes dans lesquels sont soulevées certaines des questions qui se posèrent à l’époque : « l’aliénation de l’identité par le théâtre du pouvoir » (Histoire du dormeur éveillé, trois contes des Sultanes de Guzarate de Gueullette) ; les questions d’identité dans les contes à métempsycose ; l’inquiétude sur la différence des sexes (nombreux textes parmi lesquels Le Sopha, Les Aventures du mandarin Fum-Hoam, Gueullette, L’Histoire véritable, Montesquieu) ; « l’instrumentalisation du genre » par Tiphaigne de La Roche (Visions d’Ibraïm dans les Bigarrures philosophiques).

4La richesse de cet essai et la finesse des analyses rendent impossible toute tentative d’en présenter l’approche sommaire qu’impose l’exercice du compte rendu. Tout au plus peut-on en signaler, parmi toutes les qualités (richesse et étendue de la documentation qui ne laisse de côté, dans le corpus, aucun texte de quelque ordre qu’il soit, clarté de l’organisation et efficacité d’une rhétorique qui guide le lecteur dans le parcours d’une réflexion d’une étonnante ampleur), la maîtrise des outils et des connaissances strictement littéraires auxquels s’ajoute celle des concepts et des questions philosophiques qui marquèrent l’époque, ce qui permet à l’auteur de jouer sur les deux tableaux, toujours importants mais fondamentaux au xviiie siècle.

5Un épilogue intitulé « Le Conte, la Fable, l’Histoire » conclut l’essai sous la forme d’une rupture qui surprend le lecteur et mérite analyse. Renvoyant en miroir à une formule de la première page de l’essai qui « entr[ait] en matière […] par la porte du conte » (p. 7) en racontant une aventure merveilleuse arrivée à un personnage de Gueullette, l’essai se termine en clin d’œil ironique aux contes satiriques et « aux diseurs de riens des temps illuminés », mais aussi aux débats universitaires récents sur la lecture structuraliste des contes (« l’algèbre des fonctions coniques [qui] a envahi les bibliothèques spécialisées » [p. 268]). Sans aucun préambule, cette fois, le discours change de régime. Un conte aussi loufoque que ceux d’Hamilton se développe sur le topos du manuscrit perdu dont un fragment a été retrouvé : « On raconte dans l’un des rares fragments retrouvés […] qu’il y avait une fois […]. » Le récit met en scène une discussion entre deux personnages inattendus : « un Rouet à filer des rhapsodies philosophiques » et « un Parapluie en toile de Romancie ». Cette conclusion ludique rappelle non seulement le jeu de Crébillon dans l’introduction de Tanzaï, mais plus généralement la démarche de l’Oulipo. Comme le texte de Crébillon, elle oblige le lecteur à reconsidérer l’étendue de ses connaissances et plus généralement sa culture de dix-huitiémiste, voire sa culture tout simplement, ce que l’ensemble de l’essai l’avait déjà obligé à faire. Sorte de pied de nez, au demeurant fort sympathique, à la rhétorique universitaire si scrupuleusement respectée jusque-là, c’est aussi l’effet mimétique de la contagion des contes ironiques et joueurs si bien analysés auparavant, à quoi s’ajoute, entre autres, un des textes périphériques de Rousseau, Le Persifleur, dont l’édition vient de précéder cet essai. Toutefois, et malgré — ou à la faveur de — la distance subversive et ironique, l’épilogue aborde une question immense, celle de la relation des contes et des récits fabuleux par lesquels toute civilisation justifie son existence.

6En résumé, l’ouvrage constitue une très belle synthèse sur un sujet difficile qui est ici traité avec une réelle maestria. Une rare et relative réserve resterait à formuler sur le choix de la limite chronologique imposée au corpus. La date de 1774 comme terminus ad quem présente l’inconvénient d’exclure du corpus quelques ouvrages qu’on peut considérer comme importants pour le conte oriental à la française : sans parler de Foka ou Les Métamorphoses, conte chinois de Baret, Vathek et ses épisodes de Beckford et La Suite des Mille et Une Nuits de Cazotte manquent un peu dans la synthèse. Il est vrai que cette exclusion a l’avantage, non négligeable, d’éliminer de l’analyse la troupe disparate des textes mineurs dont le tome 19 de la Bibliothèque des Génies et des Fées donne un aperçu tourbillonnant.

Top of page

References

Bibliographical reference

Raymonde Robert, « Jean-François Perrin, L’Orientale allégorie. Le conte oriental au xviiie siècle en France (1704-1774) », Féeries, 13 | 2016, 257-260.

Electronic reference

Raymonde Robert, « Jean-François Perrin, L’Orientale allégorie. Le conte oriental au xviiie siècle en France (1704-1774) », Féeries [Online], 13 | 2016, Online since 01 January 2017, connection on 24 April 2017. URL : http://feeries.revues.org/1018

Top of page

About the author

Raymonde Robert

By this author

Top of page

Copyright

© Féeries

Top of page
  • Revues.org